La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
Votre magasin est actuellement ouvert 05 46 98 72 06
logo Biocoop
Biocoop Pays Santon

Pourquoi parler de « vraies » ou « fausses » tomates anciennes ?

Pourquoi parler de « vraies » ou « fausses » tomates anciennes ?

À partir du 02/08/2019

Eh bien simplement parce que les « tomates anciennes » ont reçu un tel succès commercial que les grands semenciers, à la demande des gros producteurs et des grands distributeurs,  ont recommencé avec  les « tomates anciennes » le même travail décrit plus haut pour les tomates rouges :  c’était facile puisque les noms n’ont pas été déposés, et n’appartiennent à personne  ; il est bien difficile de les distinguer à l'oeil nu, car elles ont l'apparence (voulue) des "vaies" tomates anciennes. On a d’abord vu arriver au début des années 2000 de fausses  « cœurs de bœuf » très tôt dans la saison, très appétissantes,  bien rouges et toutes plissées, se conservant longtemps sur les étals… mais sans goût. Puis des fausses  « noires de crimée ».

 

Petit à petit les différentes variétés prisées par le public se voient produites et  vendues en graines F1 (c'est à dire hybrides, issues de 2 "parents" aux propriétés différentes) : elles ont les  propriétés utiles pour les producteurs et les distributeurs… mais bien tristes pour les consommateurs ainsi trompés sur la qualité de la chair et sur le goût !  En effet, « Cœurs de bœuf », « Chair de bœuf », « Noires de Crimée », "Brandywine" sont tardives à l’état naturel car elles ont besoin de se gorger de tout le soleil de l’été : c’est ce qui leur donne leur goût unique et leur chair dense.  Elles arrivent au mieux chez nous fin juillet et nous régalent en Août et en Septembre.

En fabriquant des « F1 » les grands semenciers ont un double avantage : leurs graines se vendent bien car permettent aux maraîchers d'offrir à prix fort des "tomates anciennes"  avant tout le monde. Et comme elles ne se reproduisent pas toutes seules,  on ne peut pas recueillir leurs graines : les maraîchers (et les amateurs) sont  obligés  de racheter les graines tous les ans… Tant pis si le public, qui croit acheter dès le mois d’avril ou mai des tomates anciennes est déçu !

Voilà pourquoi dans votre BIOCOOP du Pays Santon il vous faut attendre selon les années mi ou fin juillet pour savourer les vraies tomates anciennes de nos 4 maraîchers-paysans Bio, tous amoureux de la qualité et du travail bien fait : ils récoltent leurs graines eux-mêmes sur leurs plus beaux fruits et/ou les achètent à des petits semenciers qui tous cultivent des « lignées pures » sous le label « semence paysanne », lequel exclut bien sûr les graines hybrides  F1 ! Pas de F1 sur nos étals, nos maraîchers s'y engagent par écrit  !

Retour