La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
Votre magasin est actuellement fermé , il ouvrira ses portes à 09h30 05 46 98 72 06
logo Biocoop
Biocoop Pays Santon

Tomates anciennes : toutes vraies ?

Tomates anciennes : toutes vraies ?

À partir du 05/08/2015

A la Biocoop du Pays Santon vous ne trouverez que des authentiques mûries sur pied et au soleil, AB, cultivées en plein champ par Maryse et Emmanuel, Yann, Bernard …Les « vraies » tomates anciennes , celles qui se transmettent ou évoluent de génération de tomate en génération de tomate, trouvent toutes leur origine au Pérou, où elles poussaient en buissons colorés sous le nom de « tomalt », au temps où les « conquistadors » les ont découvertes dans la région de Veracruz.

La tomate, qui a pour nom scientifique « lycopersicum esculentum », fait partie de la famille des solanacées tout comme la pomme de terre, le piment, l'aubergine, le tabac et aussi la belladonne, poison célèbre et plante médicinale.

Elle nous vient donc du Pérou, en passant par le Mexique, l’Espagne et l’Italie avant de gagner l’ensemble de l’Europe et le monde entier, sous presque toutes les latitudes.

Les indiens du Mexique et du Pérou  cultivaient cette plante en lui reconnaissant des pouvoirs sacrés. Lors de leurs explorations et de leurs conquêtes, les Espagnols, les Portugais, les Italiens et les Français découvrirent ces fruits exotiques aux pouvoirs réputés magiques, de la grosseur d'une cerise : ils la rapportèrent en Europe.

Au Mexique et au Pérou, la plante fit, au fil du temps, l’objet de sélections naturelles pour offrir des centaines de variétés de formes et couleurs variées, chacune ayant ses propres vertus et propriétés : goût amer ou  sucré, chair ferme et dense ou fruit juteux…  Ils appréciaient tout spécialement les couleurs jaune, rouge, et verte. Partout dans le monde la plante fut importée grâce aux voyages, et l’on vit dans chaque pays des botanistes se passionner, surtout au cours des 2 siècles derniers : Corne des Andes (ou Andine Cornue), Green Zébra, Noire de Crimée, Blanche ou Noire Russe… sont des noms évocateurs que l’on trouve dans tous les bons catalogues de « tomates anciennes ». Il faut savoir que c’est à la 5ème génération que les caractéristiques peuvent être considérées comme définitivement acquises et surtout transmissibles… Un botaniste passionné doit donc attendre 5 ans avant d’être certain d’avoir créé « sa » tomate qu’il pourra transmettre avec des graines qui permettront de la reproduire à l’identique, semées en terre.

Aujourd'hui, cette plante d’origine tropicale a su s’adapter à des régions plus froides que celles de son pays d'origine. La tomate est ainsi cultivée dans les pays tempérés comme dans les pays chauds partout dans le monde.  Cependant, comme elle a besoin de chaleur (plus de 25° dès l’apparition des fruits) pour se développer, elle ne peut être cultivée en pleine terre que l’été dans les pays tempérés, à condition que la température soit supérieure à 25° dès le mois de mai ou juin, puisqu’il faut 4 mois environ entre la graine mise en terre, et la tomate cueillie mûrie à point sur pied.
Ainsi le mois de la tomate par excellence est, dans notre région, le mois d’Aout.

Voilà, pour les « vraies » tomates anciennes, authentiques, celles dont vous appréciez le goût prononcé, la chair dense ou juteuse, et dont les graines se récoltent pour produire de nouveaux plants l’année suivante, avec les mêmes caractéristiques.

Le mois d’Aout ? vraiment ?

Vous avez vu pu voir apparaître sur certains étals dès le mois de mai des « coeurs de bœuf » aux couleurs appétissantes, des « noires de Crimée » rutilantes… mais toutes tellement décevantes : pleine d’eau, sans gôut… et stériles  (inutile de récupérer leurs graines, elles ne produiront pas de nouveaux plants) !

C’est que le 21ème siècle a cru faire encore plus vite, et encore mieux : ce ne sont plus des botanistes passionnés croisant avec l’aide des bourdons et des abeilles, au fil des ans, différentes variétés de tomates entre elles : ce sont des scientifiques qui, à la demande d’opérateurs aux objectifs purement commerciaux, bravent le temps sur leur paillasse, avec les biotechnologies… voire les OGM. Ils ne cherchent plus le goût, mais l’apparence, pour vendre mieux, le plus longtemps possible, le plus vite possible, toutes identiques et de la même taille… et sans faire de pertes.

Ainsi sont apparues  les « hybrides », F1 et compagnie, et même les tomates OGM (celles qui ne contiennent pas que des gènes de tomates) : toutes ces tomates de laboratoire, poussées trop vite, sont stériles :   chaque année les jardiniers ou producteurs rachètent des graines (stériles) pour cultiver leurs tomates F1, hybrides… autre avantage pour les grainetiers!

Les vertus de la tomate (*) :

La « vraie » tomate ancienne, mûrie au soleil et sur pied, sans intrant de synthèse, et quelle que soit sa forme et sa couleur est extrêmement riche en différents nutriments, minéraux et vitamines :

Elle contient des vitamines A, C et B, du fer, du phosphore et même du brome. Elle facilite la digestion et n’est pas acide contrairement aux idées reçues : l’acide oxalique (facteur de « goutte ») qu’elle peut compter n’est pas démultiplié par les intrants issus de la chimie de synthèse, et se trouve en bien moindre quantité (1 à 3 milligramme/kg) que dans l’oseille ou l’épinard. Elle a au contraire le pouvoir d’alcaliniser le sang et se trouve très indiquée pour l’arthrite, les rhumatismes, les calculs….

Enfin c’est bon à savoir : l’odeur des feuilles de tomate incommode les guêpes !

(*) source : Léonce Carlier, botaniste : les légumes et les fruits qui guérissent, 1957.
Retour