La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
Votre magasin est actuellement fermé , il ouvrira ses portes à 09h30 05 46 98 72 06
logo Biocoop
Biocoop Pays Santon

Tomates anciennes : un peu d'histoire.

Tomates anciennes : un peu d'histoire.

À partir du 02/08/2019

La Tomate  nous vient d’Amérique du Sud. Du Mexique très exactement, où elle était cultivée par les Aztèques sous le nom de « tomalt » (de toutes formes et toutes couleurs) ou encore du Pérou et d’Equateur, où les petits buissons de « tomatillo » poussaient et poussent encore à l’état sauvage, donnant de tout-petits fruits (comme nos petites tomates cerises), plus ou moins acidulés, plus ou moins sucrés. 

 

Rapportée par nos « conquistadors » européens, c’est en Italie qu’elle arrive au 16ème siècle, ainsi qu’en Espagne et au Portugal. L’Italie l’adopte sous le nom de « pomodoro » (pomme d’or), qu’elle conserve encore, en privilégiant la couleur rouge. L’Espagne, le Portugal, le Royaume Uni et de nombreux pays  lui laissent son nom d’origine : tomate, tomato… certains  la cultivent tout de suite sous toutes ses formes et couleurs.  Elle passe la frontière italienne et arrive en France par la Provence au 17ème siècle ; mais les français, méfiants, ne l’ont véritablement adoptée pour la consommer qu’au cours du 18ème siècle ! Jusque-là, ils se contentaient de l’utiliser comme ornement… tandis que les autres pays la consommaient déjà avec gourmandise crue, cuite ou en sauces devenues célèbres. Comme les italiens privilégiaient la couleur rouge, les français la connaissent d’abord avec la couleur rouge à la différence des russes, des espagnols et des portugais qui les connaissent depuis toujours de toutes formes et couleurs.

Au milieu du 20ème siècle, la tomate rouge, qui avait très vite connu un grand succès auprès de tous les publics, fait l’objet de recherches pour en "améliorer" la production et notamment devenir plus facile à conserver sur les étals : l’avènement des tomates rouges hybrides « F1 » a fait le bonheur des semenciers puisqu’ils ont déposé les variétés ainsi créées pour s’en assurer la propriété (et les royalties). Les F1 sont des tomates issues de 2 parents appartenant à deux variétés différentes, choisies parce qu’elles se cultivent plus facilement, plus tôt dans l’année, ont de meilleur rendement, peuvent se cultiver sans être en terre, ou encore se conservent plus longtemps : ce sont surtout des préférences de production et de commercialisation. Leurs graines n’ont généralement pas les propriétés des fruits sur lesquelles elles ont été recueillies, sauf exception, car elles sont le plus souvent soit stériles, soit identique à l’un des 2 parents. Cela contraint les producteurs à racheter leurs graines chaque année. F1 signifie "1ère génération" (il faudrait 5 générations identiques pour que la variété soit "stabilisée" avec des graines portant les mêmes propriétés).

Vers la fin du 20ème siècle avec la multiplication des voyages à travers le monde, le public a redécouvert les variétés d’origine, tellement plus riches en saveur, et diversifiées en forme. Cultivées surtout par les amateurs et par des petits producteurs, elles ont rapidement connu un grand succès, parce qu’elles ont un goût inimitable. Commercialement, elles se sont distinguées  sur le marché sous l’appellation  « tomates anciennes » : appellation logique et non déposée car personne n’a cherché à en posséder la propriété. Le détail a son importance : elles sont à tout le monde ! Mais elles sont anciennes, parce qu’issues de graines  non transformées par la technologie des hommes. Elles se sont pourtant bien ramifiées au cours des siècles, mais cela s’est fait naturellement, au fil du temps et grâce à la patience d'amateurs passionnés et patients, sans manipulation génétique de laboratoire.  Ces amateurs, amoureux de leur saveur ou surpris par le croisement issu  du travail des abeilles et autres butineurs, se sont acharnés à créer cette multitude de variétés, reproduites et stabilisées naturellement, sans intervention chimique. Ils leur ont donné des noms reflétant leurs qualités, selon leur propre inspiration, mais n'ont rien "déposé" pour en devenir propriétaires. Les tomates anciennes nous viennent principalement d’Amérique du Sud, d’Italie, d’Espagne et du Portugal, mais aussi de Russie ou encore du Royaume Uni et bien entendu de France. Partout dans le monde, ces croisements naturels ont fini par nous donner une très grande variété de tomates anciennes,toutes reproductibles à l’identique. 

Retour